Connectez-vous
Menu

DEBUT DU CAREME. Le curé de la paroisse Notre Dame de Lourdes appelle les fidèles à la méditation

Jeudi 7 Mars 2019

DEBUT DU CAREME.  Le curé de la paroisse Notre Dame de Lourdes appelle les fidèles à la méditation
Comme les autres catholiques du monde,  la communauté chrétienne de Saint-Louis  a célébré le Mercredi des cendres correspondant aux  40 jours de jeûne,  de pénitence et d’abstinence pour mener un combat spirituel et parvenir à la célébration pascale et à la résurrection du seigneur Jésus-Christ. Une occasion pour Abbé Louis Gomis de la paroisse Notre Dame de Lourdes du faubourg de Sor,  de rappeler au chrétien  les enseignements du carême  qu’il faut adopter pour avoir le salut de Dieu.
 
Pour le curé de la paroisse Notre Dame de Lourdes, la célébration du  Mercredi des cendres est un moment où le chrétien montre à Dieu qu’il accepte de répondre à son appel par le démarrage du carême si symbolique de l’aventure de la vie du croyant. « Le carême est pour les chrétiens, le moment où ils sont invités à faire une certaine expérience du désert durant l’exode. C’est une période  à laquelle, les chrétiens sont appelés à se détourner de ce qui les masque à faire du bien et à se retourner vers Dieu. Faites pénitence et convertissez-vous, voilà la proclamation solennelle du temps du carême qui sera marqué par le jeûne. D’ailleurs c’est un moyen concret de combattre un appétit et une nourriture qui nous empêchent très souvent de reconnaitre que l’homme ne vit pas seulement de pain (Mathieu 4/4),  mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » a enseigné Abbé Louis Gomis. Avant d’ajouter que  le carême qui est appel à la vie, à la pénitence et à la plénitude de vie, octroie au chrétien les  moyens de connaitre la misère des hommes. « Après le jeûne, il y a le partage qui étant le complément normal de ce dernier. Les chrétiens sont appelés à s’engager individuellement et collectivement dans tout ce qui permet un meilleur  partage des biens. C’est ainsi qu’ils participent prophétiquement au surgissement d’un monde uni et qu’ils annoncent le festin messianique auquel sont convoqués les peuples de l’univers.   Car le carême est un temps de méditation, où les chrétiens sont invités à approfondir leurs connaissances du dessein de Dieu sur le peuple et sur eux-mêmes » a poursuivi Abbé Gomis. A en croire l’homme d’Eglise, en cette période,  les lectures de la Bible, la préparation de la Liturgie, la réception des sacrements doivent devenir une place plus importante que jamais. « Le carême  est une période marquée par une pratique  intensifiée des sacrements. Temps de pénitence, le carême est tout naturellement un moment idéal pour s’approcher du sacrement de pardon. Grace à lui,  la conversion que nous sommes invités à faire est placée sous le signe de la Miséricorde divine manifestée par son Eglise. Dans l’Eglise primitive, le carême était la période privilégiée de préparation des cathésyménes, au baptême et à l’eucharistie, célébrée à la nuit du Pâques. Mais cette célébration permettait aussi à l’ensemble de la communauté chrétienne de réactiver les souvenirs d’un autre baptême dont la signification reste toujours actuelle et de se préparer à communier avec le christ dans la joie de la résurrection » a-t-il soutenu.  Pour finir, a signalé Abbé Louis Gomis, le  carême  est une période marquée par le temps fort des peuples  de Dieu,  le carême est un temps que la liturgie éclaire en faisant méditer l’Evangile de Saint-Jean.
 
Cheikh Konaté





Flux RSS